The Cow and the Bull

(ENGL)

Here is a cow I drew.

“She” is very different from the bull we saw in Saint Remy de Provence  last November for the Feria- (Such a beautiful touristic place, by the way!).

 We happened to stay there, the week-end the municipality would free Bulls in the streets for the Feria. Since we were on the spot,  we had a look at it – Let’s say that was the first and the last time!

On the one hand we could feel very strongly that the all event was very deeply rooted within the local culture. People enjoyed it so much!  May be because of the sense of togetherness produced by such a gathering.   On the other hand, as a result of this cultural dimension, nobody seems to question the ritual, there was no room for it. The Bulls were obviously suffering, some of them were even crying.

It was not a Corrida, they did not kill the animal, lucky Bull and lucky us! – after his run within the closed street, the animal went up into the truck, and back home.

My cow was not inspired by the Ferria but I, somehow ,connected the two of them – It might be the black color…

My cow is quite relax and busy chatting with a KoĂŻ carp.

I made a print called “Madame” out of it.

(FR)

J’ai dessinĂ© une vache

Elle est très diffĂ©rente des taureaux que nous avons vu Ă   Saint Remi de Provence en Novembre (soit dit en passant c’est un superbe endroit)!

Nous nous trouvions  sur place le jour du lâchage des taureaux dans les rues – pourquoi ne pas y jeter un coup d’oeil? –  d’autant que l’atmosphère Ă©tait plutĂ´t Ă  la fĂŞte ce jour lĂ .

Ce sera notre première et dernière fois.

D’un cĂ´tĂ©, on pouvait ressentir que l’Ă©vĂ©nement Ă©tait très profondĂ©ment encrĂ© dans la culture locale. Les gens s’amusaient. Il y avait une atmosphère de fĂŞtes avec la mise en place des barrières, les affichettes un peu partout dans les rues, la musique espagnole…etc. Une dame Ă  nos cĂ´tĂ©, nous a expliquĂ© avec enthousiasme et convivialitĂ© ce qui allait se passer Ă  la venue des taureaux. L’aspect traditionnel de l’Ă©vĂ©nement rĂ©veillait une sorte de joie d’ĂŞtre ensemble dans la rĂ©pĂ©titions de gestes, de sons et d’odeurs.

D’un autre cĂ´tĂ©, la dimension rituelle de l’Ă©vĂ©nement semblait prĂ©venir tout questionnement, toute remise en cause. Par exemple, alorsqu’une personne s’inquiĂ©tait de la prĂ©sence de jeunes enfants dans l’espace arène/rue, elle s’estentendu rĂ©pondre

Mais non, laisse faire, moi aussi quand j’Ă©tait petit je faisait ça!” 

Les taureaux souffraient (je n’ai pas mis la pire des photos oĂą le taureau dĂ©rape pitoyablement sur le goudron), on l’entendait pleurer.

Heureusement pour le taureau, et dans une moindre dimension pour nous, il ne s’agissait pas d’une Corrida. Après son tour de rue, essoufflĂ© de courir derrière des prĂ©-adolescents et des jeunes hommes qui le sollicitaient de tous les cotĂ©s, le taureau rentrait dans son camion et “Au suivant!”

Ma vache n’est pas inspirĂ©e de cette Feria mais en postant l’image sur le site, je me suis souvenue de ces taureaux aussi noirs que ma vache avec une lueur bien diffĂ©rente dans le regard puisque cette dernière est en conversation animĂ©e avec une carpe KoĂŻ.

J’en ai fait un poster qui s’appelle Madame.

2015-09-29_1443524383
2015-09-29_1443524067
2015-09-29_1443523805
koi site toreau